Un vent de mutinerie sur le Mont St Michel !

Le 28 avril 2013

 

La Mère Poulard ne sait plus où donner de la tête ! Il souffle sur le Mont St Michel comme un vent de mutinerie...

 

Le grand projet de rendre son caractère maritime au Mont est bien avancé. L'objectif est de désensabler la baie afin de permettre à la mer de revenir flirter avec les rives de la cité. Mais une conséquence directe de ce projet est de ne plus permettre aux voitures de se garer au pied du Mont comme auparavant. Un service de parking et de navette a donc été mis en place pour permettre aux 3 millions de visiteurs de se rendre dans la ville chaque année.

 

Mais voilà, les habitudes changent, et comme partout ça râle, ça se rebiffe et ça vocifère : des commerçants appellent les médias pour exprimer leur mécontentement, certains magasins incitent les visiteurs à venir signer une pétition, on parle de baisse de fréquentation, de disparition des groupes et de voyagistes, de conditions de travail qui se dégradent et de peur de baisse de chiffre d'affaires...

 

Alors oui, c'est une ville en travaux, avec son cortège de difficultés d'accès. Oui, il faut marcher pour arriver à la navette en venant du parking (900 mètres) puis au pied du Mont (400 mètres). Mais, en même temps, il faut marcher pour découvrir la ville, ses petites ruelles et surtout ses escaliers et ses 350 marches qui permettent d’accéder à l'abbaye !

 

Après une année de fonctionnement, des ajustements sont prévus : des navettes plus nombreuses, des arrêts plus près des parkings, et un service (payant celui-ci) de calèches tirées par des chevaux. Cela se traduit par une hausse du prix du parking (12 euros au lieu de 8,50 aujourd'hui). Mais promis, Véolia (qui a remporté la concession de gestion des parkings et des navettes) et l'office du tourisme l'affirment, le 3 juin ce sera vraiment mieux !

 

Reste que les habitants (44 au dernier recensement) et les commerçants vont perdre leur navette à eux : La Montaise. Elle sera supprimée, et il faudra utiliser la navette commune. Encore un privilège qui tombe ! Une heure de travail en plus par jour pour ce restaurateur qui doit se garer au parking (gratuit pour eux et les Montais), marcher, attendre la navette (toutes les 10 minutes) puis marcher encore … et on remet ça pour rentrer chez soi ! Avec les horaires décalés de la restauration, pas facile de s'adapter... c'est un peu comme en ville, avec les temps de parcours en transport en commun qui allongent les journées !

 

Les enjeux économiques sont majeurs, et on le sent dans la ville. Certains concentrent tous les pouvoirs (propriétaires fonciers, commerçants, hôteliers et pouvoir politique...), ils s'accordent des privilèges, l'ambiance n'est pas toujours saine. Les forts avancent, les petits ont plus de difficultés...

 

Certains commerçants sont pessimistes : ils ont eu une baisse de fréquentation l'an dernier, et les touristes pourraient bouder le Mont cette année… Certes, la saison touristique a été mauvaise, mais pas seulement au Mont St Michel. Partout en Normandie et en Bretagne les touristes se sont fait attendre, en vain. Manque de pouvoir d'achat et météo dégradée sont les ingrédients d'une mauvaise saison touristique. Sauf que l'INSEE nous informe qu'en 2012, « la Baie du Mont Saint-Michel (…) a connu une hausse notable de sa fréquentation hôtelière (+ 2,1 %) ». Et, à bien y regarder en cette fin du mois d'avril, les Japonnais sont là, des groupes d'Italiens, de Français, des pèlerins, … et des familles se disputent les marchands de glaces et de crêpes. Une brise de "bénéfices commerciaux" semble tout de même apparaître. Et puis comme l'affirme ce salarié, si les Montais arrêtaient de crier partout haut et fort que l'accueil au Mont est déplorable, s'ils s'accordaient à clamer qu'enfin les choses se sont arrangées, que l'accès s'améliore, que la Baie se désensable et que les travaux avancent ; peut-être que s'ils ne se tiraient pas une balle dans le pied ... alors peut-être que le tourisme reprendrait sa vigueur d’antan !


Un avis sur ce reportage ? Dites le moi.

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Evelyne DELACOUR (dimanche, 28 avril 2013 23:23)

    Bravo pour ce reportage qui résume fort bien la situation.
    Nous qui le connaissons bien et qui sommes des "inconditionnels" de
    la baie n'aurions pas fait mieux. Et oui ! que de tumulte...
    Et quoi ! cette merveille, ne faut-il pas la mériter ?
    Il n'y a rien de plus émouvant que de l'aborder après une longue marche à travers
    les sables tel le pèlerin d'antan ou de la découvrir en dehors des périodes de raz de marée touristique. Je garde à jamais en mémoire le souvenir de déambulations montoises nocturnes ou par temps de neige au mois de décembre, quand tout et calme et reposant, loin de la fureur et du bruit...
    Je penserai à vous lors de notre prochain cheminement : de Rennes au Mt St Michel,
    à pied c'est beaucoup mieux !
    Que les marchands du temple se calment, St Michel leur aurait-il fait un pied de nez ?
    Face à la splendeur et à la spiritualité du lieux, le côté mercantile et de mauvais goût n'est-il pas un peu déplacé ? nous sommes bien loin des "petites marchandises" que ramenait le miquelot !

  • #2

    Michel (une photo vite..) (mercredi, 01 mai 2013 10:55)

    hello..tu as changé ton blog, non?...Bref, intéressant reportage qui éclaire ce que l'on entend à la TV !

  • #3

    chris (vendredi, 03 mai 2013 16:00)

    je suis impressionnée par les remous de l'eau qui font une photo magnifique mais qui doivent amener des tonnes de sable .A résoudre!!

  • #4

    eric c11 (jeudi, 09 mai 2013 21:30)

    sympa comme reportage, j avoue en étant à l autre coté de l hexagone ne pas prêter d importance... pour ma part, retirer du sable alors que l océan en amène, c'est aller contre nature au départ... sans parler du cout que ça engendre, bref, tout ça pour avoir des beaux reflets les jours de mer d huile, est ce que ça vaut vraiment le coup ?
    pas trop de mon point de vue
    bonne soirée